Chaque année, on me demande inévitablement d’écrire des articles sur comment faire une belle boîte à lunch, qu’elle soit zéro-déchet, végane ou bien plus…Et bien voilà, spécialement pour vous, un épisode sur la boîte à lunch, avec une perspective un peu sociologique. En voici un résumé!

Résumé

Dans cet épisode, les animateurs et nutritionnistes Bernard Lavallée et Catherine Lefebvre discutent de la boîte à lunch sous différents angles. La discussion est alimentée par leur invité Annie Desrochers, animatrice de l’émission de radio Le 15-18, qui a aussi tenu le blog Maman j’ai faim, et qui est mère de 5 enfants.

Tout d’abord, les animateurs parlent de leur relation avec la boîte à lunch, précisant que cette dernière fait peu partie de leur réalité. Ils présentent ensuite l’histoire de la boîte à lunch, qui est apparue au 19e siècle, alors que la classe ouvrière apportait son dîner dans des boîtes métalliques. Les animateurs mettent en lumière les inventions qui ont accompagné la croissance du phénomène de la boîte à lunch, telles que le thermos. Bernard dénonce qu’un marché se soit développé autour des boîtes à lunch, et que l’industrie capitalise aujourd’hui sur celui-ci en ciblant les parents à travers leurs émotions.

Par la suite, Annie Desrochers partage son rapport amour-haine avec les boîtes à lunch, expliquant l’importance symbolique de la préparation des repas en famille, tout en nommant la charge additionnelle que cela implique. La discussion explore le rôle des boîtes à lunch à l’école et au travail, soulignant l’occasion d’éducation et de socialisation que l’heure du dîner à l’école représente. Elle évoque d’ailleurs le besoin d’améliorer l’atmosphère alimentaire à l’école, et ajoute trouver scandaleux que le Canada ne dispose pas d’un programme de cantine alimentaire, qui permettrait de réduire les inégalités alimentaires. Enfin, Annie partage ses astuces d’organisation pour préparer les boîtes à lunch de ses cinq enfants, mettant en lumière la possibilité d’impliquer la famille dans la préparation des mets.

En conclusion, les animateurs mettent de l’avant la responsabilité individuelle qu’implique la préparation des boîtes à lunch, particulièrement pour les femmes. Ils suggèrent la possibilité d’implanter des programmes alimentaires dans les écoles pour réduire cette charge et les inégalités sociales.

Invitée:  Annie Desrochers
Animateurs: Bernard Lavallée, Catherine Lefebvre


Partagez sur les réseaux sociaux