Alors qu’une taxe a été mise en place pour contrer la consommation de cigarettes, la santé publique essaye de faire de même pour diminuer la consommation de boissons sucrées.  Voici un résumé de notre épisode qui détaille la pertinence de l’imposition d’une taxe et ses retombées anticipées.

Résumé

Dans cet épisode animé par les nutritionnistes Bernard Lavallée et Catherine Lefebvre, ils accueillent Corinne Voyer, directrice du Collectif Vital, auparavant connu sous le nom de la Coalition québécoise sur la problématique du poids. Ils explorent ensemble la question de la mise en place d’une taxe sur la malbouffe pour décourager sa consommation, compte tenu de ses impacts négatifs sur la santé.

Tout d’abord, le terme « malbouffe » est remis en question, soulignant la complexité de définir quels aliments sont réellement néfastes pour la santé publique. Considérant cette difficulté de définition, la taxation porte principalement sur les boissons sucrées, qui n’ont aucune valeur ajoutée au niveau nutritionnel. Par ailleurs, les adolescents ont une consommation moyenne quotidienne de boissons sucrées de 650 ml, engendrant des répercussions sur la santé dentaire et métabolique.

Bien qu’il n’y ait présentement pas de taxes spécifiques sur les boissons sucrées au Québec, l’implantation d’une taxe, jumelée d’une campagne de sensibilisation, permettrait de réduire la consommation de ces produits. En effet, une taxe permettrait de contrer les efforts de l’industrie alimentaire qui, par le biais de publicités, associe la consommation de boissons sucrées au bonheur, au détriment de la consommation d’eau. La réglementation du marketing est suggérée comme un autre moyen de soutenir les consommateurs dans leurs choix alimentaires.

Les études démontrent que la mise en place d’une taxe sur les boissons sucrées est efficace en ayant pour résultat la diminution de leur consommation, particulièrement auprès des populations défavorisées. En effet, bien que les populations défavorisées soient celles consommant davantage de boissons sucrées, elles sont également celles qui ont le plus à gagner considérant qu’elles souffrent davantage de maladies chroniques.

En résumé, l’épisode offre une exploration des enjeux entourant les boissons sucrées, plaidant pour une approche holistique mêlant taxation, sensibilisation et promotion de modes de vie sains.

Invitée: Corinne Voyer
Animateurs: Bernard Lavallée, Catherine Lefebvre


Partagez sur les réseaux sociaux