Le chocolat diminue l’hypertension? La viande est bonne pour la santé et l’environnement? Ne vous laissez pas berner par ces titres sensationnalistes…Voici un résumé de notre discussion sur la science de la nutrition et la manière dont les résultats sont rapportés dans les médias.

Résumé de l’épisode

Dans cet épisode, Bernard et Catehrine plongent dans le monde de la science de la nutrition, dénonçant la couverture médiatique souvent trop simpliste des études scientifiques. Leur invité Benoît Arsenault, chercheur à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, partage son expertise du domaine de la recherche.

Tout d’abord, les animateurs mettent de l’avant la jeunesse et la complexité de la science nutritionnelle, soulignant à quel point il est difficile de réaliser des études parfaites. En effet, les études en nutrition peuvent isoler les composantes des aliments, plutôt que d’étudier les aliments dans leur ensemble, ou encore être basées sur des cellules ou des animaux, ce qui rend les résultats moins applicables aux êtres humains.

Ils mettent aussi en lumière les raccourcis pris par certains journalistes pour présenter des résultats sensationnels, parfois dénués de contexte. En effet, les médias sont pointés du doigt parce qu’ils partagent des résultats qui semblent contradictoires et sensationnalistes, sans toujours préciser les conflits d’intérêts des chercheurs ou les détails méthodologiques des études.

Benoît Arsenault présente ensuite son utilisation de l’épidémiologie génétique pour identifier les causes des maladies cardiovasculaires, soulignant l’importance de distinguer la corrélation de la causalité lors de l’interprétation des résultats. Il insiste sur la nécessité de plusieurs études convergentes pour établir un lien de causalité entre deux variables. Il encourage également à la complétion d’études de meilleure qualité, mieux contrôlées.

En conclusion, les animateurs mettent de l’avant la nécessité de privilégier la qualité des études en nutrition, en tenant compte de leurs limites. Ils soulignent la complexité des résultats nutritionnels et appellent à une approche plus nuancée, axée sur des informations de qualité pour le grand public, plutôt que de succomber à des titres sensationnalistes.

Invité: Bernard Arsenault
Animateurs: Bernard Lavallée, Catherine Lefebvre


Partagez sur les réseaux sociaux