Santé Canada propose de modifier l’étiquetage des aliments.  J’imagine que vous comprenez qu’il s’agit d’une très grosse nouvelle pour un nutritionniste! Je vous présente un résumé des modifications les plus importantes selon moi et je donne mon avis sur chacune d’elles.

1)      Harmoniser les portions indiquées par catégorie de produits

Même s’il existait déjà une certaine réglementation quant aux portions indiquées sur les produits, ces dernières méritaient une amélioration. Les modifications proposées semblent utiliser le « gros bon sens ». On aime.

Par exemple, la valeur nutritive des pains tranchés peut actuellement être présentée pour 1, 1 ½, 2 tranches… Difficile de comparer les produits entre eux! Avec la modification, tous les pains présenteraient l’information pour 2 tranches, ce qui est bien plus simple! C’est vrai que le poids d’une tranche change d’une marque à l’autre, mais qui a déjà dit : « Moi, je mange 94 grammes de pain le matin! »

pain portion

2)      Mettre les calories plus en évidence

Oui, l’obésité est un problème de santé publique. Oui, quand on mange plus de calories que nécessaire on risque de prendre du poids. Toutefois, à mon avis, mettre les calories encore plus en évidence est inutile et peut même nuire aux consommateurs. On ne devrait pas choisir un aliment en se basant sur les calories qu’il contient! Que la vie serait monotone si c’était le cas! Il est plus utile de savoir d’où proviennent les calories et de quels types de nutriments elles sont accompagnées, ce que le reste du tableau fait très bien. Je ne vois donc pas vraiment l’intérêt de grossir davantage cette information par rapport aux autres, surtout que j’entends déjà trop souvent à mon goût les gens comparer les produits uniquement en se basant sur les calories…

calories vq

3)      Différencier les gras trans des gras saturés

Voilà une sage décision de la part de Santé Canada. Depuis quelques temps, on remet beaucoup en doute l’impact des gras saturés sur la santé. D’un autre côté, la communauté scientifique fait majoritairement consensus sur la nocivité des gras trans.

Bref, conserver ces gras dans la même catégorie n’est pas cohérent avec l’avancement de la science et Santé Canada le reconnaît.

gras saturés VQ

4)      Pointer les sucres ajoutés du doigt

Jusqu’à présent, tous les sucres étaient présentés ensemble dans le tableau de la valeur nutritive. Dorénavant, on pourra voir quelle quantité de sucre provient du sucre naturel et quelle quantité de sucre a été ajoutée. Ce sera particulièrement intéressant pour certains produits qui contiennent des produits laitiers ou des fruits qui sont naturellement riches en sucre.

Même si le sucre, peu importe sa forme, a le même impact sur la santé, voir la quantité de sucre qui a été ajouté à un produit est un bon indice de la valeur nutritionnelle du produit. Habituellement, plus on ajoute du sucre, moins le produit est intéressant.

L’autre point important à considérer est le suivant : Santé Canada, jusqu’à présent, considère que les jus de fruits 100% purs, que les concentrés de jus de fruits et que les purées de fruits sont des sources de sucre naturel. Or, quand on ajoute ces ingrédients à des produits, à mon avis, il s’agit plutôt de sucres ajoutés. Si la réglementation ne change pas, on risque de voir apparaître beaucoup de produits “sucrés naturellement” avec des jus de fruits, ce qui ne serait pas bénéfique pour les consommateurs.

sucres VQ

5)      Instaurer une valeur quotidienne pour le sucre

Je suis peut-être optimiste (ou fou), mais j’ai l’impression que Santé Canada vient de faire une annonce majeure dans le dossier du sucre, même si elle est implicite. Je m’explique.

Santé Canada propose d’instaurer une valeur quotidienne de 100 grammes de sucres totaux. Jusqu’à présent, aucune valeur quotidienne n’avait été définie pour les sucres totaux. Officiellement, Santé Canada recommande de ne pas consommer plus de 25% de notre apport énergétique sous forme de sucres ajoutés. Ceci correspond à 125 grammes de sucres ajoutés pour une « personne moyenne » qui consomme 2000 calories.

Personnellement, j’ai toujours trouvé cette quantité totalement aberrante –et je ne suis pas le seul-  surtout que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 10% de l’apport énergétique sous forme de sucres ajoutés et qu’elle compte déjà réviser cette valeur à la baisse! Cette recommandation correspond à 50 grammes de sucre ajoutés  pour une « personne moyenne ».

Si Santé Canada décide d’instaurer une valeur quotidienne de 100 grammes de sucres totaux, ce qui correspond à 20% de l’apport énergétique pour une « personne moyenne », c’est donc probablement parce qu’ils vont décider de réviser leur recommandation à la baisse et de se rapprocher de l’OMS, sinon, ça ne ferait pas de sens! Ce serait un ÉNORME pas dans la bonne direction pour Santé Canada.

6)      Oublier la vitamine A et la vitamine C et penser à la vitamine D et le potassium

Vous souvenez-vous de la dernière fois où vous avez appris que quelqu’un que vous connaissiez souffrait du scorbut? Non? Moi non plus, et c’est normal! Au Canada manquer de vitamine C (ou de vitamine A) est très rare. Par contre, la vitamine D qui a un rôle sur la santé osseuse et le potassium qui participe à la prévention des maladies cardiovasculaires sont des nutriments beaucoup plus problématiques. Pour cette raison, Santé Canada propose d’obliger les fabricants à inscrire la teneur en ces deux nutriments.  Je crois que c’est une bonne idée qui risque d’aider les consommateurs à remplir leurs besoins!

Ceci étant dit, je me questionne sur la pertinence de rajouter la quantité en milligramme ou en microgramme pour ces vitamines et minéraux. Il me semble que le pourcentage de la valeur quotidienne est suffisant.

vitamines minéraux valeur quotidienne

7)      Ajouter une note pour expliquer le pourcentage de la valeur quotidienne

Avoir un nutritionniste dans votre poche pour vous aider à comprendre le tableau de la valeur nutritive, ce serait génial, non? Bon, à la place, Santé Canada a décidé de prendre la 2e meilleure solution et d’inscrire une petite phrase toute simple au bas du tableau pour aider à faire de bons choix.

valeur quotidienne etiquette

Même s’il existe des critères plus précis pour sélectionner « le meilleur produit » entre différents aliments d’une même catégorie (comme je fais souvent à l’émission l’Épicerie), un conseil simple comme celui-ci permet tout de même de faire de bons choix, surtout si les nouvelles portions de référence collent vraiment à la réalité, ce qui restera à prouver!

8)      Repérer les sucres ajoutés plus facilement dans la liste d’ingrédients

sucre liste ingrédients

Je crois que c’est une de mes modifications préférées! On en parle de plus en plus, les sucres ajoutés n’apportent pas vraiment de bénéfices sur la santé, au contraire! Jusqu’à présent, on pouvait les retrouver éparpillés au travers de la liste des ingrédients. Et comme les ingrédients sont présentés en ordre décroissant de poids dans les aliments, les fabricants avaient tout intérêt à ajouter différentes sources de sucre pour les dissimuler au travers de la liste.

Santé Canada propose donc de rassembler tous les sucres ensemble dans la liste des ingrédients. On pourra donc plus facilement voir la proportion de sucre qui constitue le produit.

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle? Une consultation publique se tiendra jusqu’au 11 septembre 2014. Profitez-en pour donner vos commentaires!


Partagez sur les réseaux sociaux