Le 22 mars est la journée mondiale de l’eau. Il est bon de prendre un moment pour se rappeler que cette ressource, qui est absolument essentielle à la vie, n’est malheureusement pas infinie.

Chaque année, pendant cette journée, on nous bombarde de trucs pour diminuer l’utilisation de l’eau à la maison. Prendre des douches plus courtes, fermer le robinet pendant qu’on se brosse les dents, ne pas arroser la pelouse trop fréquemment… Bien que tous ces conseils soient utiles et qu’il soit important de ne pas gaspiller d’eau, il est également important de mentionner que seulement 4% de l’eau douce utilisée sur la Terre est utilisée à la maison.

Même si on ne la voit jamais vraiment nous-même, la très grande majorité (environ 90%) de l’eau que nous consommons est associée à l’agriculture!

L’empreinte d’eau

Quand on parle des aliments, l’empreinte d’eau est considérée comme la quantité d’eau douce utilisée pour produire un aliment, durant toutes les étapes de la production.

L’empreinte d’eau contient trois composantes :

  • L’empreinte d’eau verte est la quantité de pluie utilisée.
  • L’empreinte d’eau bleue est la quantité d’eau utilisée provenant de la surface et du sol.
  • L’empreinte d’eau grise est la quantité d’eau polluée par la production.

Selon la région, le climat, le type de sol, l’espèce cultivée ou les techniques utilisées, l’empreinte d’eau des aliments peut grandement varier. Certains chercheurs ont tout de même évalué la quantité d’eau nécessaire pour produire un kilo de différents aliments.

eau aliments

La viande, cette assoiffée

Alors que la production d’un kilo de fruits demande 962 litres d’eau, la production d’un kilo de boeuf en demande 16 fois plus! Les aliments d’origine animale sont généralement les aliments qui nécessitent le plus d’eau, mais c’est le boeuf qui remporte la palme du plus assoiffé. En réalité, la plus grande partie de cette eau n’est pas bue par l’animal, elle est plutôt mangée! En effet, c’est la production de la nourriture pour les animaux qui est responsable de la majorité de l’empreinte d’eau associée à l’élevage.

Diminuer sa consommation de viande est une excellente façon de diminuer sa consommation indirecte d’eau. À titre d’exemple, dans les pays industrialisés, un omnivore aurait une empreinte d’eau moyenne de 3600 litres d’eau par jour, alors qu’un végétarien qui mange encore des produits laitiers aurait une empreinte d’eau quotidienne de 2300 litres.

En bref, en cette journée mondiale de l’eau, s’il y avait un geste que vous pouviez poser dans le but d’économiser cette précieuse ressource, ce serait de cuisiner des repas végétariens plus souvent. Nul besoin de devenir végétarien du jour au lendemain, mais découvrir des sources végétales de protéines est un geste concret que vous pouvez poser pour l’environnement!

Vous avez aimé cet article? Envie de mettre la main à la pâte? Dans mon premier livre, Sauver la planète une bouchée à la fois, j’offre une panoplie de trucs pratiques et de conseils pour allier, dans son assiette, la santé humaine et la santé de la planète.

Ercin A.E., Aldaya M.M. et Hoekstra A.Y. The water footprint of soy milk and soy burger an equivalent animal products. Ecological Indicators 2012;18:392-402

Gerbens-Leenes P.W., Mekonnen M.M. et Hoekstra A.Y. The water footprint of poultry, pork, and beef: a comparative study in different countries and production systems. Water resources and Industry 2013;1-2:25-36

Hoekstra A.Y. The hidden water resource use behind meat and dairy. Animal Frontiers 2012;2(2):3-8

Mekonnen M.M. et Hoekstra A.Y. Water footprint benchmarks for crop production : a first global assessment. Ecological Indicators 2014;46:214-223

Mekonnen M.M. et Hoekstra A.Y. A Global assessment of the water footprint of farm animal products. Ecosystems 2012;15:401-415